Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

Message  Laetitiabibli le Mar 29 Déc - 15:36

(écrit par Monique)

Titre : Réparer les vivants
Auteur : Maylis de Kerangal
Références : Audio 04233 (7 h 20 min  MP3) ; Grands caractères 2583 (2 volumes, corps 20) ; Braille 6105 (6 volumes)

Née en 1967 à Toulon, Maylis de Kerangal est une femme de lettres française. Elle a obtenu le prix Médicis en 2010 pour son roman « Naissance d’un pont.

Résumé : Au retour d’un dimanche de surf sur l’océan, Simon, 19 ans, est victime d’un accident de la route. Désincarcéré, il est emmené au service de réanimation de l’hôpital le plus proche. Mais il est trop tard. Le diagnostic est sans appel : mort cérébrale. Prévenir la famille, les parents, les amis… puis, aborder la question, délicate s’il en est, du don d’organes : tel est le sujet difficile de ce roman.
Ce livre, tout en finesse, donne tour à tour la parole à chacun des intervenants dans ce processus qui mène de la mort à la vie. Médecins, infirmiers, parents, familles, receveuse… sont autant de facettes du côté éminemment humain de cette aventure scientifique. Si l’on a envie de hurler de douleur avec ces parents contraints d’accepter la mort de leur enfant, si l’on ne peut que s’incliner devant le respect des équipes médicales, si l’on a envie de réfléchir à ce sujet grave et interpellant, si même l’on prend de l’intérêt aux descriptions chirurgicales, on le doit au talent d’écrivaine de Maylis de Kerangal. Car ce livre est écrit du bout de la plume, avec poésie et retenue, laissant apparaître avec justesse les émotions des uns et des autres. Les phrases sont souvent longues mais d’une telle justesse qu’on ne s’y perd pas.
Bref, je vous recommande chaudement ce roman-document susceptible d’alimenter une réflexion au cas où…

Page 34 : Réunion de service : les transmissions. Les équipes au relais sont là, font cercle, on se tient debout, on s’adosse contre les murs, un gobelet à la main. […] Où en est-on avec lui ? Révol interroge d’un ton neutre, adossé contre la fenêtre. Une infirmière prend la parole, précise que les constantes (le pouls, la tension, la température, la saturation) sont normales, la diurèse est faible, la VPP (voie veineuse périphérique) a été posée. Révol ne connaît pas la fille, s’enquiert du bilan sanguin du patient, elle lui répond qu’il est en cours. Révol regarde sa montre, bien, on va pouvoir y aller. L’assistance se disperse.
L’infirmière qui a parlé s’attarde dans la pièce, intercepte Révol et lui tend la main : Cordélia Owl, je suis nouvelle, j’étais au bloc avant. Révol hoche la tête, ok, vous êtes la bienvenue – s’il la regardait mieux, il verrait qu’elle a quand même une drôle de tête, les yeux en face des trous mais des marques dans le cou, des suçons on dirait, et la bouche trop rouge bien que nue, les lèvres enflées, des nœuds dans les cheveux, des bleus sur les genoux, il se demanderait peut-être d’où vient ce sourire flottant, ce sourire de Joconde qui ne la quitte pas alors même qu’elle se penche sur les patients pour leur faire le soin des yeux et de la bouche, installe les sondes d’intubation, vérifie les paramètres vitaux, administre les traitements, et peut-être finirait-il par deviner qu’elle avait revu son amant cette nuit, qu’il l’avait appelée après des semaines de silence…

Références : Audio 04233 (7 h 20 min  MP3) ; Grands caractères 2583 (2 volumes, corps 20) ; Braille 6105 (6 volumes)
avatar
Laetitiabibli
Admin

Messages : 178
Date d'inscription : 09/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum