Les voeux d'Hubert Nyssen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les voeux d'Hubert Nyssen

Message  Laetitiabibli le Mar 5 Jan - 15:21

LE SOIR – 2 janvier 2004

Nyssen : à un aveugle inconnu

Quand j'étais enfant, pour me préparer à aimer les livres, ma grand-mère m'en lut un grand nombre. Elle avait une très belle voix, ma grand-mère, et les mots dans sa bouche révélaient leur relief, dévoilaient leurs rondeurs, manifestaient leurs sonorités. Écouter c'est lire, me disait-elle. C'est pourquoi plus tard, quand je me mis à lire, en même temps qu'ils défilaient sous mes yeux, j'entendis les mots me chanter dans la tête. Avec la voix de ma grand-mère.


Il y a soixante-dix ans de cela et, croyez-moi, rien n'a changé. Je suis toujours persuadé que, dans la lecture à voix haute, pas un mot n'est perdu tandis que dans la lecture silencieuse, il n'est pas rare qu'il se mette à courir, à patiner et même à sauter des lignes. Et l'on ne retient que le côté superficiel des choses. Quel que soit le texte que je lise aujourd'hui, je m'attache donc à entendre la musique des mots car si je ne l'entends pas, cette musique, je sais que je suis en train de lire mal, et de perdre cette forme du langage qui ajoute du sens au sens des mots.


Voilà pourquoi j'ai pensé qu'en écoutant les textes que l'on enregistre à votre intention, vous deviez, comme Borgès, en saisir plus que des lecteurs qui lisent sans bouger les lèvres et sans écouter la musique. Autant dire qui avalent sans mâcher. (Mais si vous saviez comme ils peuvent être aveugles, ceux qui voient !) Je me dis que, pour vous, les mots sont sans doute comme les instruments d'un orchestre qui se mettrait à jouer dans votre imagination, et que vous commencez alors un voyage musical dont nul ne soupçonne les multiples paysages.


Sans doute ne vous ai-je jamais rencontré. Mais l'idée de vous présenter des voeux, comme à un ami de longue date, m'est venue parce que je me suis rendu compte à quel point nous étions proches quand, par l'enregistrement d'un texte, je déployais pour vous les pages que j'aime, les phrases qui s'y trouvent et les mots dont elles sont faites. Tout en sachant, car jamais deux lectures ne sont pareilles, que ces mots auront pour vous un sens que, donnant, vous me ferez peut-être connaître un jour.


Bonnes lectures à vous que l'on s'imagine ne pas pouvoir lire !


P.S. Vous trouverez bien quelqu'un pour vous lire cette lettre...·


HUBERT NYSSEN
avatar
Laetitiabibli
Admin

Messages : 178
Date d'inscription : 09/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum